Notre Seigneur Saint Frometon 1er

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, pas de reportage en espagne, mais une recette de fabrication de fromage maison. Parcequ’on a le temps, et pourquoi pas essayer d’en faire ? C’est super bon !
(Et puis plus simplement : le fromage, c’est la vie !)

Pour la fabrication du fromage, il faut :

  • une grande gamelle qui peut aller sur le feu et qui peut contenir la quantité de lait adéquate,
  • un thermomètre,
  • de la présure (trouvable en pharmacie),
  • des ferments pour fromage (pas obligatoire, mais c’est mieux),
  • du lait cru frais, à raison de 1L de lait cru pour un résultat de 100gr de fromage environ,
  • une cave fraîche (environ 13°C),
  • du temps d’affinage.

1) Dans la gamelle (une soupière de 4L pour ma part), verser le lait cru frais. 3L dans mon cas, afin d’avoir des fromages d’environ 300gr. Il vaut mieux utiliser le lait cru le plus frais possible (fraicheur en terme de date, pas de température hein ! ).

2) Monter tout doucement à 28-29°C, couper le feu, ajouter la présure selon les indications de la notice (pour la mienne, c’est 3 gouttes par litre de lait). De même pour les ferments. Bien brasser délicatement.

3) Retirer le thermomètre, couvrir la gamelle et laisser au repos à température ambiante (dans la cuisine) pendant 24h sans le bouger. Le lait va cailler grâce à la présure.

4) 24h plus tard… Le lait à normalement caillé ! Le petit lait a commencé à bien se séparer, et le lait est devenu fromage. Du fromage frais façon faisselle, mais du fromage quand même !

5) Avec une tige fine, un pic à brochette ou ustensile approchant, découper de gros cubes dans le fromage. À ce moment-là on peut choisir soit de simplement égoutter le fromage pour le manger comme fromage blanc, ou le mouler pour le faire affiner.

6) Pour ma part, c’est affinage. Du coup, je verse le contenu de la gamelle dans un torchon fin (étamine) dans une passoire, et je récupère le petit-lait dessous. Je le laisse égoutter 2h comme ça.

7) Le petit lait ira en bouteille, ça remplacera le lait dans les gâteaux pour avoir du goût, mais beaucoup moins de gras (le gras étant caillé dans le fromage). Notre fromage bien égoutté est nettement plus sec.

8) Je mets le fromage dans mon moule (pour moi, c’est un petit seau de 1L que j’ai percé en Ø3mm) pour qu’il continue de s’égoutter dans une forme adéquate. Et là, 2 choix à nouveau : Soit je le laisse s’égoutter tout seul, soit je le presse pour faire une pâte plus compacte.
J’ai testé pour les 3 premiers fromages de le faire avec pressage (16kg pour les 2 premiers et 8kg pour le 3ème) et de laisser sans pressage les fromages 4 et 5 pour tester.

Pour le pressage j’ai fabriqué des cales en bois pour pouvoir appuyer sur le fromage et j’ai utilisé les contrepoids de mon télescope comme masse d’appui.

9) 24h de pressage plus tard, on a une pâte compact avec le pressage, et une pâte qui tient tout juste ensemble sans le pressage. On démoule et on sale tous les côtés du fromage avec du sel fin.

10) On mets le fromage sur une planchette en bois ou des claies, on le protège des insectes et autres bestioles, et on le laisse en cave s’affiner avec le temps.

11) Tous les deux jours, on retourne le fromage, on le brosse avec la main et on le laisse continuer à s’affiner. On continue comme ça pendant environ 8 semaines… mais ça, ça va dépendre de l’affinage que l’on recherche.

12) Une fois l’affinage terminé, on déguste ! Les fromages forment une espèce de petite tomme.

Pour les fromages pressés à 16kg, ça fait une pâte vraiment compacte (c’est pour ça que j’ai testé sans pressage pour les 2 derniers). La version à 8kg est encore en train d’affiner, et les 2 sans pressages viennent d’être mis en cave. Résultats et comparatifs dans 8 semaines !
Ce ne sont pas des fromages dans le genre maroilles, brie, comté, mais ça donne des fromages plutôt simples, mais bons !

En attendant vendredi prochain, je vous souhaite un bon week-end et une bonne fabrication pour ceux qui se lanceront dans l’aventure ! 🐨 😇

Pâtes maisons

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, comme prévu, je vous propose une recette maison. Cette fois, c’est une recette de pâtes, recette d’une certaine Mère Castor qu’on connait bien déjà.:grin:

Allez, c’est parti !

Pâtes pour 3 personnes

Ingrédients :

– 2 oeufs
– 200g de farine T45
– 1 cuillère à café d’huile d’olive

Marche à suivre :

1) Dans un saladier, mettre tout les ingrédients et mélanger à la main. Accessoirement, c’est à ce moment-là que l’on peut ajouter aussi des ingrédients pour améliorer les pâtes. Que ce soit un peu de concentré de tomates (une cuillère à café), un peu d’épices (basilic, curry, poivre…) ou autres (une cuillère à café de champignons séchés passés au mixeur).

Pates_maison_1

2) Former une belle boule avec la pâte, couvrir le saladier et la laisser reposer au frigo pendant 1h.

3) Sortir la pâte, fariner le plan de travail et abaisser la pâte au plus fin possible (1mm d’épaisseur).

4) Découper les pâtes de la forme que l’on veut (pour ma part, des tagliatelles cette fois-ci).

Pates_maison_2

5) Faire sécher les pâtes jusqu’à ce qu’elles soient bien sèches (dépendant de l’épaisseur des pâtes). Pour les pâtes longues, une tige en bois comme support est une bonne idée.

Pates_maison_3

6) Une fois les pâtes sèches, il ne reste plus qu’à les conserver dans un endroit frais et sec ou alors les faire cuire. Surveiller la cuisson car le temps de cuisson dépend des dimensions des pâtes.

Pates_maison_4

Le reste de l’accommodation des pâtes est selon vos goûts. Bon appétit bien sûr !:mrgreen:

Pates_maison_5

Merci encore à ma chère Mère Castor:grin: pour cette super recette, simple à faire, économique et dont le résultat est vraiment meilleur que des pâtes du commerce. Je vous conseille d’essayer, juste une fois vu la facilité de la recette, pourquoi ne pas en profiter ?:razz:

Sur ce, je vous souhaite un très bon week-end et rendez-vous mardi soir pour les news !;-)

Pains fourrés au chocolat

Bonjour à tous, aujourd’hui, grand soleil ! Aussi, je vous propose une recette sympa qui sent bon les grasses matinées, le soleil et la détente.:mrgreen:

Je vous propose des petits pains fourrés au chocolat. Ce ne sont pas des chocolatines car je n’ai pas utilisé de pâte feuilletée. Ce sera pour une prochaine fois !:mrgreen:

En avant !;-)

Ingrédients pour une quinzaine de petits pains :

– 10g de levure de boulanger
– 1/3 de verre de lait
– 1 pincée de sel
– 500g de farine T45
– 40g de sucre en poudre
– 3 œufs + 1 jaune
– 125g de beurre
– 15-20 petites barres de chocolat

Marche à suivre :

1) Délayer la levure émiettée dans le lait tiédit. Y incorporer 80g de farine pour obtenir une boule molette (le levain). Laisser reposer dans un endroit tiède pendant une quinzaine de minutes.

2) Mélanger le reste de farine avec le sel et le sucre, ajouter ensuite les œufs et le beurre ramolli ainsi que le levain. Pétrir énergiquement à la main.

Chocolatines_1

3) Laisser lever la pâte dans un saladier couvert et au chaud pendant 2h.

Chocolatines_2

4) Aplatir la pâte au rouleau sur une planche farinée à 3mm d’épaisseur et la découper en carrés de 12x12cm.

Chocolatines_3

5) Enrouler une barre de chocolat par carrés de pâte et laisser reposer encore 1h au chaud sur une plaque de four sur une feuille de papier sulfurisée.

Chocolatines_4

6) Préchauffer le four à 180°C et badigeonner doucement les pains avec le jaune d’œufs.

7) Faire cuire à 180°C pendant environ 30 minutes et laisser refroidir à température ambiante.

Chocolatines_5

Je vous souhaite une bonne cuisine et dégustation ! Ainsi qu’un très bon week-end et à mardi soir !;-)

Confit d’oignons

Bonjour à tous !

Tout d’abord, j’espère que vous allez bien. Ensuite… il n’y a pas eu d’article mardi soir pour deux raisons : 1) j’ai complètement oublié d’en rédiger un et 2) je n’avais malheureusement pas grand chose à dire.

Mais je me rattrape ce soir avec une recette ! (Hé oui, encore ! :grin:)

Ce soir, une recette particulière car elle m’a été inspirée par SirAza, un Streamer de jeux vidéos dont j’apprécie regarder les Lives pour sa bonne humeur, sa gentillesse et l’excellente ambiance sur ses Lives. Merci donc à toi Sir pour cette super recette ! ;-)

 

J’en profite pour dédier la recette à une certaine personne qui adore ça et qui se reconnaîtra rapidement :razz:.

Et maintenant, la recette !

 

Recette Confit Oignons

Ingrédients :

– 1 kg d’oignons nouveaux
– ½ l de vin blanc
– 5 c. à soupe de concentré de tomates
– 20 g de coriandre
– 100 g de sucre
– 100 g de raisins secs
– 1 dl de vinaigre
– 5 c. à soupe d’huile d’olive
– sel, poivre

Préparation :

1) Épluchez les oignons, émincez-les puis faites-les revenir dans l’huile.

Confit_d_oignon_1

2) Pendant ce temps, versez le vin dans une casserole puis ajoutez-y le concentré de tomates, la coriandre, le sucre, et les raisins. Laissez cuire doucement ce mélange.

Confit_d_oignon_2

3) Les oignons étant transparents, déglacez-les au vinaigre, porter à ébullition et ajoutez à la préparation précédente.

4) Laissez compoter l’ensemble à feu doux pendant 3h à 3h30 en remuant souvent.

Confit_d_oignon_3

5) Laissez refroidir et consommez ainsi ou faire juste bouillir avant de mettre dans des petits pots à confit/confiture en n’oubliant pas de stériliser ceux-ci avant de mettre le confit.

6) Confit excellent avec le foie gras (maison c’est encore meilleur !) ou avec les viandes froides ou chaudes.

Confit_d_oignon_4

Bon appétit !:grin:

 

Sur ce, je vous souhaite un très bon week-end gourmand et vous donne rendez-vous mardi pour les news (promis, il y en aura cette fois ! ;-))

Cannelés de Brive…

.. car faits à Brive, mais à l’origine, la recette est de bordeaux.;-)

Et ce soir, je vous propose donc, la recette des cannelés !

Cannelés
(Pour 14 cannelés ou 30 mini-cannelés)

Ingrédients :

– 500ml de lait
– 50gr de beurre
– 250gr de sucre
– 125gr de farine
– 2 œufs + 1 jaune d’œuf
– 1 gousse de vanille
– 40ml de rhum brun
– 1 pincée de sel
– 1 sachet de sucre vanillé

Marche à suivre :

1) Faire fondre le beurre. Dans une casserole y verser le lait, le beurre et la gousse de vanille fendue en deux.
2) Porter à ébullition tout en mélangeant bien. Retirer du feu et laisser tiédir.
3) Dans un saladier, battre, au fouet, les œufs avec le sucre et le sucre vanillé jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
4) Ajouter le lait juste chaud en remuant avec le fouet.
5) Ajouter la farine, le sel et le rhum. Mélanger avec le fouet jusqu’à obtenir une pâte lisse (sans grumeaux).
6) Placer la pâte au frigo pendant une nuit sans retirer la gousse de vanille.
7) Après une nuit, mélanger la pâte sans trop la travailler et retirer la gousse.
8) Préchauffer le four à température maximum.
9) Pendant ce temps, remplir les moules à cannelés jusqu’à 6-10mm du bord supérieur.

Canneles_1


10) Enfourner pendant 15 minutes à température maximum puis baisser à 200°C et laisser 50 minutes.

Canneles_2


11) Sortir du four et laisser refroidir. Démouler et présenter dans une assiette.

Cannelés_3

Cannelés_4

 

Bon appétit à tous ! Et aussi bon week-end, ainsi qu’une pensée spéciale pour les amoureux pour la Saint-Valentin;-)

 

Le koala quant à lui à l’air de bouder vu qu’il n’a pas de madame Koala à qui offrir des fleurs. Peut-être l’an prochain n’aura-t-il plus de raison de bouder ?:razz:

Crêpes, des crêpes partout !

Bonsoir à tous !

Ce soir je vous propose un petit article sur… les crêpes !

Avec 8 photos de crêpes en catégorie cuisine (page 4 et 5) ainsi qu’une recette de pâte à crêpes afin d’être dans le thème entre la Chandeleur et le Carnaval.

Chandeleur_2016_8

Pâte à crêpes pour environ 12 crêpes de 20-25cm de diamètre :

Ingrédients :
– 200gr de farine de blé (de préférence T55)
– 400-450ml de Lait
– 25g de beurre
– 3 œufs
– 15-20ml de rhum brun
– 1 sachet de sucre vanillé (facultatif)

Marche à suivre :

1) Dans un saladier passer la farine à la passoire pour la tamiser. Y ajouter le sucre vanillé si vous l’utilisez.

2) Ajouter les œufs dans le saladier et mélanger avec une fourchette la farine et les œufs.

3) Faire fondre le beurre au micro-onde ou à la casserole et l’ajouter dans le saladier. Bien mélanger à la fourchette.

4) Ajouter le lait et le rhum, mélanger un peu à la fourchette.

5) Bien mélanger la pâte, (ajouter un petit peu de lait si elle n’est pas assez liquide ou un peu de farine si elle est trop liquide). Pour celà, utiliser un fouet à main, un batteur électrique ou, si vous le pouvez, un mixeur à soupe (fonctionne très bien pour avoir une pâte très homogène et qui se sépare moins et moins vite).

6) Facultatif : mettre la pâte au frigo pendant une heure.

7) Dans une crêpière (ou une poêle anti-adhésive assez grande), graisser le fond avec une feuille de Sopalin un peu beurrée. Mettre sur feu bien chaud.

8) Une fois la poêle bien chaude, verser dedans une louche de pâte (plus ou moins grande selon la taille de la poêle et l’épaisseur souhaitée des crêpes.

9) Cuite d’un côté, on retourne la crêpe, cuite de l’autre dans l’assiette ! ça va assez vite (heureusement) et en peu de temps on a fini le saladier de pâte.:razz:

J’espère que l’article de ce soir vous aura plu, je remercie mon Castor favoris et meilleure amie pour l’aide (et en partie l’idée d’en faire un article ).:grin:

Je vous souhaite un très bon week-end (et pas « weekend » !) et vous donne rendez-vous mardi pour les news de la semaine !

PS : Et pour faire plaisir aux bretons, je préconise le duo « chocolat fondu et caramel au beurre salé » pour les crêpes (ou de la confiture de coings maison !).:mrgreen:

Confits de Koala (ou de canard)

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose une recette (hé oui, encore :mrgreen:). Cette fois-ci, c’est du confit de canard maison !

Pour cette recette (très simple en sois) il faut compter 2 belles cuisses pour 1 bocal de 1L.

La recette est plutôt longue, et il faudra au moins 2 jours pour bien faire.

La première étape ça va être d’acheter les cuisses de canard gras. Il faut qu’elles soient bien grosses et bien grasses pour éviter d’avoir à acheter de la graisse en plus.

Confits_de_canards_1

De retour à la cuisine. Il faut nettoyer les cuisses (enlever les quelques plumes résiduelles, passer un coup de sopalin mouillé). Dans de grands plats, y mettre un lit de gros sel, quelques feuilles de laurier et tiges de thym. Y étaler bien à plat les cuisses côté viande vers le sel, recouvrir de  nouveau de gros sel (pas trop cette fois-ci), de laurier et de thym. Recouvrir avec du film plastique les plats et laisser macérer au frais la fin de la journée et toute la nuit.

Confits_de_canards_2

Le lendemain, préparer une ou plusieurs belles cocottes en fonte. Sortir les cuisses des plats, les brosser pour retirer le sel.

Confits_de_canards_3s

Avec un bon couteau, retirer de grandes lardées de gras et de peau. Il fait garder un peu de gras, mais vous pouvez en retirer une bonne quantité (dans mon cas, j’ai retiré un tiers de poids en gras à chaque fois). Le gras découpé, vous le mettez à fondre doucement dans les cocottes.

Confits_de_canards_4

Une fois que c’est assez bien fondu (s’il reste des morceaux, ne pas s’inquiéter, ça finira par donner des Grattons de canard à la fin de la cuisson), y mettre quelques cuisses pour qu’elles cuisent  entièrement recouvertes de la graisse.

Confits_de_canards_5

Cuire doucement pendant une bonne heure. Retourner les cuisses au bout de 30 minutes.

Confits_de_canards_6

À la fin de la cuisson, mettre les cuisses dans les bocaux (à condition que ces derniers soient bien ébouillantés/stérilisés).  Continuer à faire cuire les autres cuisses.

Une fois que toutes les cuisses sont toutes cuites, répartir la graisse des cocottes dans les différents bocaux afin de recouvrir complètement les cuisses mais en restant 2cm en-dessous du rebord du bocal.

Essuyer les bocaux, les fermer et mettre dans un stérilisateur. Mettre à stériliser pendant 2h (lorsque l’eau bout, compter 2 bonnes heures). À la fin, couper la cuisson et laisser refroidir toute la nuit.

Une fois les bocaux froids, vérifier la stérilisation (que les bocaux soient bien fermés), nettoyer les bocaux et les ranger à la cave.;-)

 

Voilà ! Et sur ce, je vous souhait un très bon week-end et à mar….

Ha ! On m’informe d’un flash spécial… Le Koala Jones a disparu de la circulation ! Qu’est-ce qu’il fiche encore celui-là… je vais voir ce que je peux obtenir comme informations et je vous tiendrai au courant. Je vous souhaite un bon week-end et vous donnerai plus de détails dans l’article des news de mardi !;-)

Recette de fêtes

Bonjour à tous !

Après l’article plutôt sérieux de mardi soir, je vous propose aujourd’hui un article plus tranquille et qui sent bon le terroir.:grin:

Ce vendredi, je vous propose une recette de conserves de foie gras (avec deux variantes : une au sel, poivre vert et piment d’espelette, et l’autre au cognac).

La recette est donnée pour 2kg de foie gras (environ 11 petits pots de conserves de 200gr).

Déjà, pour faire du bon foie gras, il faut de beaux foie de qualité supérieure dont les canards ont étés tués le matin-même (plus c’est frais, meilleur c’est). Pour ma part, j’ai été les acheter à un gars du coin qui élève ses canards pour les manger et en faire du foie gras, du magret, des cuisses, etc… pour le marché de Brive. Les animaux sont évidemment élevés en plein air.;-)

Le première chose à faire, c’est de déveiner les foies. Pour ça, utiliser la pointe d’un petit couteau et une pince à épiler. Le but maintenant va être d’enlever un maximum des veines qui irriguaient les foies.

Foie_gras_maison_1

Il vaut mieux prendre son temps (c’est une étape longue en tout les cas;-)) et en laisser le moins possible (voir pas du tout) que de faire n’importe quoi. Les veines peuvent casser facilement, tirer doucement dessus et découper dans la chaire du foie pour les sortir. Il ne faut pas trop s’inquiéter de faire de la charpie du foie gras car ce dernier se reconstituera tout seul lors de la cuisson.

Foie_gras_maison_2

Ensuite, Selon les choix, soit on mets le foie gras (ou une partie de celui-ci) dans un bol avec un peu de cognac (une cuillère à café pour 100gr de foie gras), le couvrir et faire en sorte que le foie soit bien imprégné partout en le retournant à la main souvent pour le faire macérer environ une heure. Sinon, vous pouvez aussi masser doucement le foie avec du poivre vert et du gros sel.

Une fois ces préparations faites, mettre les foies dans les conserves (ébouillantées) en faisant attention de ne pas laisser de poches d’air en bas. Remplir à 2cm du bord et saupoudre de sel et poivre selon les goûts, ajouter un peu de piment d’espelette et bien fermer (pour la version avec le cognac, je n’ai rien ajouté pour ma part;-)).

Foie_gras_maison_3

Les bocaux bien nettoyés et fermés, direction la cuisson/stérilisation. Dans un grand faitout, mettre les bocaux (avec un torchon au fond pour éviter la casse) dedans et remplir affleurant d’eau. Faire chauffer. Une fois que ça commence à bouillir, compter 2h-2h15 et couper la cuisson. Laisser refroidir tout seul et une fois que tout est refroidi (compter une bonne nuit), sortir les bocaux, vérifier que la stérilisation, scellage ont été bien réalisés. Si des bocaux ne sont pas bien scellés, les consommer dans les 2 à 3 semaines. Si les bocaux sont biens, les essuyer et ranger à la cave.

Foie_gras_maison_4

Si les foies sont de très bonne qualité et très frais, ils ne devraient pas rendre trop de gras (le jaune). Ne pas oublier l’étiquetage aussi, ça évite de les confondre (et de savoir quand est-ce qu’on les a fait). Il vaut mieux attendre au moins un mois avant de les manger (et comme pour toutes conserves bien faites, plus vous attendez pour les manger, meilleur c’est). Pour les foies, n’hésitez pas à les prendre hors des périodes de fêtes (c’était un peu limite quand je les ai pris les miens, ils étaient déjà remontés à 35€ le kg, n’hésitez donc pas à les acheter dès le mois d’août, les conserves seront parfaites pour les fêtes de fin d’année;-)).

 

Sur ce, je vous souhaite un bon week-end et vous donne rendez-vous mardi pour les news !;-)

Au coin le coing !

Bonjour à tous !

Hier, j’ai reçu mon meuble pour ranger mes livres… du coup, malgré que l’article soit déjà tout prêt pour le site et qu’il ne restait qu’à faire la mise en ligne… j’ai un peu oublié et je me suis occupé de mes livres.:roll:

Du coup, voici l’article qu’il aurait dû y avoir hier.

Ce sont quelques photos de préparation de gelée de coings (et d’une bouteille de gnôle de coings aussi…). Mais cette fois, je ne vous donnerai pas la recette… c’est un secret !:razz:

Mais je peux quand même vous dire que c’est vraiment très bon !

Bon, ce serait méchant si je vous donnais envie sans vous donner la recette hein ?:mrgreen:

 

Alors… je vous laisserai faire les calculs suivant ce dont vous avez besoin.

Pour environ 3 pots de confiture :

– 1-1.5kg de coings bien mûrs
– sucre en poudre (sucre blanc cristallisé)
– une gousse de vanille fendue en deux
– jus de 1/4 de citron

Marche à suivre :

1) Laver les coings, les couper en gros morceaux (en 4 ou 8) en laissant la peau, le centre, les pépins.
2) Les mettre dans une grande casserole et recouvrir d’eau.
3) Faire bouillir pendant 15 minutes, que les coings soient bien ramollis.
4) Presser doucement les coings avec le jus sur une passoire fine, afin de faire s’écouler le maximum de jus, mais pas la pulpe. (La pulpe peut être mangée comme compote avec un peu de sucre.;-))
5) Peser le jus, peser le même poids en sucre.
6) Dans une grande casserole, mettre le jus de coings, le sucre, la gousse de vanille et le jus de citron.
7) Mettre une petite assiette au frigo.
8) Bien mélanger la casserole et faire bouillir 15-20 minutes.
9) Nettoyer les pots et couvercles de confiture à l’eau bouillante. Laisser sécher tout seuls.
10) Afin de vérifier que la gelée prendra bien, tremper une petite cuillère dans la casserole et faire tomber quelques gouttes sur la petite assiette froide. Si la goutte se fige presque instantanément, c’est que la cuisson est finie. Sinon, continuer à cuire quelques minutes.
11) Couper la cuisson et transvaser immédiatement le contenu de la casserole dans les pots.
12) Fermer les pots dès qu’ils sont remplis et les retourner, tête en bas. Laisser refroidir et prendre pendant au minimum 12h.
13) Une fois les 12h passées, si tout s’est bien passé, le couvercle est légèrement enfoncé, signe que le pot est légèrement sous vide (et donc, en théorie, que la stérilisation a été suffisante). Retournez le pot, si la gelée reste en haut, c’est que la gelée à bien prise. Si au contraire elle s’écoule en bas du pot, vous pouvez soit le garder tel quel, soit le refaire cuire un moment. Mais normalement si vous avez bien fait le test de l’assiette, la gelée doit avoir bien prise.;-)

Gelee_coings_5

Voilà !

 

J’ai aussi mis deux photos d’un dessert que j’ai testé le week-end dernier. Ce sont des roses de pomme. C’est très bon, facile à faire, mais un petit peu long. Je vous mets les photos, mais pas de recette pour ce coup-ci. Pour la simple raison que je n’ai pas fais de photos lors de la préparation et que sans image c’est un peu compliqué à expliquer.

Roses_de_pomme_2

Je vous laisser néanmoins saliver devant les photos:mrgreen:

 

Sur ce, je vous souhaite un très bon week-end et à mardi ! ;-)

Conserves de tomates

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous propose 4 photos dans la catégorie cuisine.

Mais ces 4 photos prises à part n’apportent peut-être pas grand chose sans la recette. Recette que je vous propose ci-dessous :

 

Recette de conserves de coulis/purée de tomates fraiches :

1) Il faut savoir que pour 1kg de tomates fraiches, ça donnera 220gr de coulis ou 150gr de purée (laquelle est plus sèche).

2) Prendre les tomates fraiches (si elles ont été cueillies depuis 7 à 10 jours, il faudra penser à enlever les parties abîmées, mais les tomates s’écraseront plus facilement) en fonction de combien vous voulez faire de conserves (ou pour savoir combien de pots il vous faudra prévoir). (Dans la photo ci-dessous, la bouteille de rouge ne compte pas pour la préparation !)

1ère étape : choix des tomates et préparation des pots.

3) Mettez une grosse casserole d’eau à bouillir. Pendant ce temps, en fonction de combien de tomates vous avez, comptez les pots (j’ai choisi des pots de 250ml) et lavez-les à l’eau chaude, les couvercles aussi.

4) Une fois que l’eau est en train de bouillir, y mettre plusieurs tomates afin de les faire légèrement cuire (mais surtout pouvoir enlever la peau sans soucis). Les repêcher avec un écumoire après 10 minutes de cuisson.

5) Pendant que le lot suivant de tomates est en train de cuire, retirer la peau de celles que vous venez de sortir (attention à ne pas vous brûler ;-)) et enlever le pédoncule ainsi que la partie intérieure du pédoncule.

6) Couper les tomates en gros morceaux et les mettre dans un presse-purée (sans oublier un grand récipient dessous pour récupérer le jus de tomates) ou dans un grand bol pour les écraser à la fourchette. Ne pas utiliser un mixeur, le résultat serait trop fin.

Et hop, les tomates dans le presse-purée !

7) Broyez les tomates au presse-purée ou à la fourchette, tout devrait passer. Une fois que toutes les tomates ont été cuites, pelé, coupée et broyées,  prendre une grande gamelle / faitout. Poser par-dessus une grande passoire et  recouvrir le fond de la passoire avec un torchon (le torchon doit largement déborder). Mettre des pinces à linges le long du bord de la passoire pour maintenir le torchon en place.

8 ) Avec une louche, remplir aux 3/4 la passoire et le filtrer jusqu’à obtenir du coulis de tomate (une sorte de pâte mouillé de tomate, comme de la bolognaise en pot de supermarchés).

Filtration sur torchon (attention d’en prendre un qu’on ne compte pas garder immaculé, même après lavages) !

9) Une fois que vous obtenez ce coulis, deux chois s’offrent à vous :

  • soit vous le gardez tel quel et vous pouvez transvaser le contenu du torchon dans un saladier ou directement dans les pots de conserve. Ce qui vous donnera du coulis de tomate.
  • soit vous voulez de la purée de tomates et dans ce cas, il faut enlever les pinces à linge et presser le torchon à la main afin d’en faire sortir le maximum d’eau. Une fois bien essoré, transvaser le contenu du torchon dans un saladier ou directement dans les pots de conserve.

10) Remplissez le saladier ou les pots jusqu’à ne plus avoir de jus de tomate. Mettre les opercules sur les pots et visser le couvercle à fond. Dévisser juste un petit peu (environ 1cm sur la circonférence) et mettre les pots dans un stérilisateur.

11) Une fois tout les pots dans le stérilisateur, remplir ce dernier d’eau jusqu’à avoir de l’eau juste au-dessus des bocaux de conserve. Bloquer les pots (avec des attaches spéciales ou simplement un torchon et des pierres) sous l’eau et faire bouillir. Dès que l’eau boue à gros bouillons, compter 30 minutes puis couper le feu/chauffe.

12) Laissez refroidir jusqu’à température ambiante (généralement une nuit suffit) puis sortir les pots un par un, dévisser le couvercle et vérifier que l’opercule ne se détache pas tout seul (si c’était le cas, celà voudrait dire que vous devrez refaire stériliser le pot incriminé). Si l’opercule est bien fixé, revisser le couvercle à fond, essuyer le pot, l’étiqueter et le stocker dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière.

Pleins de belles conserves pour l’hiver.

Voilà, vous savez maintenant comment je fais mes conserves !:mrgreen:

 

J’espère que cette recette vous aura plu et pourrait vous être utile. ;-)

Je vous souhaite donc un très bon week-end et vous donne rendez-vous mardi pour l’article de news !;-)